dimanche 27 février 2011

De Bolivar aux Libertadors d’aujourd’hui : l’Amérique latine insoumise


Aux quatre coins du monde, quand on pense Venezuela aujourd’hui, c’est le nom de Chávez qui vient à l’esprit. Mais quand Chávez pense Venezuela, c’est Bolívar qu’il a en tête. Pour lui, la Révolution bolivarienne qu’il impulse par la voie démocratique depuis une douzaine d’années s’inscrit dans la filiation de la geste du Libertador.
Deux siècles après la libération du joug colonial espagnol, il s’agit, pour toute l’Amérique latine, de conquérir sa seconde indépendance en s’émancipant cette fois de l’oppression de la grande puissance impériale du Nord, de ses multinationales et des institutions internationales qu’elle contrôle au service d’un modèle économique dont la crise actuelle met au jour, s’il en était besoin, les ravages sociaux et environnementaux.

Il y a un demi-siècle, la Révolution cubaine avait montré le chemin, mais était restée longtemps isolée et en a payé le prix. En ce début du xxie siècle, ce sont maintenant tous les peuples de ce que José Marti appelait « notre Amérique » qui se sont remis en mouvement, et qui, dans bon nombre de pays, ont porté au pouvoir des gouvernements progressistes.
On peut certes avoir des appréciations différentes sur le processus bolivarien – et le pluralisme des contributions à cet ouvrage en témoigne –, mais nul ne peut douter de son inscription dans un mouvement historique de grande ampleur.
 Bernard Cassen (Mémoire des luttes)
De Bolivar aux Libertadors d’aujourd’hui : l’Amérique latine insoumise, coordinateur Jean Ortiz - Editions Atlantica - 360 pages - 25 euros.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire